Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : L'actu de l'Amérique latine
  • : Bienvenue sur le blog de l'actu de l'Amérique latine. Economie, politique, culture, environnement : les analyses de votre blog latino.
  • Contact

Le livre

Simon Bolivar
La conscience
de l'Amérique

Editions Toute Latitude
192 pp. - 17,80 €
Commander le livre
Les lettres et discours politiques essentiels du Libertador : la porte d'entrée désormais classique dans l'univers de Simon Bolivar et dans la pensée politique contemporaine en Amérique latine. Traduit et présenté par Laurent Tranier.

Recherche

Partenaires

Le blog de l'actu de l'Amérique latine, en partenariat avec :
.Les Editions Toute Latitude

13 août 2022 6 13 /08 /août /2022 09:36

  La 6e édition de l'Atlas de l'Amérique latine par Olivier Dabène (Docteur et agrégé en science politique, professeur des universités à Sciences-Po Paris, président de l’Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes - Opalc), Frédéric Louault (Professeur de science politique à l’université libre de Bruxelles, directeur du Centre d’étude de la vie politique (Cevipol, ULB), codirecteur du Centre d’étude des Amériques (AmericaS, ULB) et vice-président de l’Opalc) et la cartographie d'Aurélie Boissière vient de paraître aux éditions Autrement (96 pages - 24 Euros).

  Sous-titré "Polarisation politique et crises", cet ouvrage de référence sur la région se révèle une nouvelle fois bluffant par la variété des thèmes qu'il parvient à synthétiser en quelques pages. Embrassant l'histoire politique, économique et sociale, il saisit également la réalité d’un présent mouvant avec ses défis et ses progrès, sans généraliser des évolutions toujours contrastées d’un pays à l’autre.

  Cet atlas contribue à enrichir notre regard sur une réalité complexe faite - entre autres - de mutations économiques, de métissage, d'affirmation et de redécouverte des identités, de violence et de développement durable, de déclin relatif du catholicisme, d'émergence de puissants mouvements sociaux et culturels.

  Il nous offre une lecture non-manichéenne bienvenue, pour réaffirmer le rôle de l'Amérique latine post-COVID aujourd’hui et demain, à la fois armée pour répondre aux enjeux planétaires (matières premières, énergies renouvelables) mais aussi lieu d’expérimentation artistique et démocratique compatible avec les valeurs de liberté et de respect des droits humains.

Atlas de l'Amérique latine, d'Olivier Dabène et Frédéric Louault, cartographie d'Aurélie Boissière, Autrement, 96 pp., 24 €.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2022 6 25 /06 /juin /2022 09:14

  David A. BELL, professeur à Princeton, est historien et spécialiste de la France dans la période révolutionnaire. Son passionnant nouvel essai, Le culte des chefs - Charisme et pouvoir à l'âge des révolutions (Fayard, 380 pp., 26 €) compare cinq expériences révolutionnaires ayant conduit au pouvoir des chefs militaires charismatiques et révèle combien ces expériences sont indissociables d'enjeux démocratiques. Parmi ses sujets d'analyse : Simon Bolivar.

  Simon Bolivar, est non seulement un stratège exceptionnel et un chef de guerre exemplaire, capable de rassembler et d'entrainer des armées, mais il est aussi un intellectuel et politique supérieur, à la très forte culture des Lumières, connaisseur aussi bien de Rousseau que de Montesquieu, des constitutions anglaise ou américaine, de la pensée et de l'action de George Washington, Napoléon Bonaparte ou Toussaint Louverture en Haïti. Sa première ambition, libérer l'Amérique de son colonisateur espagnol, est atteinte au cours du premier quart du XIXe siècle, Bolivar lui-même étant directement à l'origine de six Etats existant aujourd'hui, le Vénézuéla, la Colombie, l'Equateur, le Pérou, la Bolivie et le Panama. Il souhaite aussi doter ces Etats d'institutions solides, gouvernées par l'esprit public et garantissant la liberté et la sécurité des citoyens, bannissant l'esclavage et unies en une confédération continentale...

  Tout cela a échoué largement, malgré ses immenses capacités et ce charisme que David A. BELL compare à celui des Washington, Bonaparte, Paoli ou Louverture dont il rappelle et rapproche le destin. La "magie de son prestige", l'enthousiasme public qu'il suscite, l'"acclamation universelle" qui accueille ses propositions, trop attachés à sa personne, ne lui permettent pas de consolider un Etat à l'échelle de si vastes territoires, finalement morcelés et aux intérêts divergents. Il s'effondre avec son oeuvre, qu'il a toujours refusé avec horreur de voir transformée en Empire, attaché au seul titre que nul ne lui contestera jamais, le titre de "Libertador".

  Dans tout l'hémisphère occidental, le défi de transférer ce charisme des chefs, indissociable des premiers temps de la démocratie, à des institutions efficaces, pérennes et respectueuses des libertés, reste en grande partie entier.

Le culte des chefs - Charisme et pouvoir à l'âge des révolutions, de David A. Bell, Fayard, 380 pp., 26 €.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2022 6 30 /04 /avril /2022 10:35

Jean-Jacques KOURLIANDSKY est chercheur à l’Institut de recherches internationales et stratégiques (IRIS). Spécialiste de l’Amérique latine et de l’Espagne, il est consultant, éditorialiste (Espaces Latinos) et auteur de nombreux ouvrages (Ingrid Betancourt, par-delà les apparences aux Editions Toute Latitude, L’Année stratégique, etc.). Il publie dans différentes revues spécialisées et intervient régulièrement auprès des fondations Friedrich Ebert et Jean Jaurès. Il vient de publier Progressisme et démocratie en Amérique latine – 2000-2021 aux Editions de l’Aube.

Dans cet essai l'auteur dresse un tableau de vingt années d’évolution des progressismes latino-américains, analyse le balancier des alternances politiques dans les différents pays et décrypte l’émergence d’une contestation issue de la société civile. Il offre ainsi un éclairage précis des mutations d’une gauche sud-américaine bien vivante qui, du point de vue européen, peine à émerger de la confusion démocratique qui semble gagner tout le continent...

Au sommaire :

=> État des lieux politique : des alternances imparfaites => 2014-2021 : quelles alternances ? => Des alternances aux causes multiples => La gauche latino-américaine en panne stratégique et idéologique => 2019-2021 « Que se vagabonde todos » le rejet des partis politiques => La règle électorale scrupuleusement respectée => Un rituel déconnecté des préoccupations des électeurs => Détournements du jeu démocratique => Les dés pipés d’une démocratie de calendrier => Sept grands axes partagés par tous les pays d’Amérique latine => La dimension extérieure de la domination et de l’émancipation. => Mainmise internationale => Vestige de la colonisation : la fragmentation identitaire => Les défis partagés des gauches d’Amérique latine et d’Europe => Un repli parallèle => Facteurs explicatifs => La mondialisation => Le repli émotionnel de gauches => Les dominateurs commun de gauches => Les réponses progressistes => Les chantiers en cours => Conclusion et remerciements

Progressisme et démocratie en Amérique latine, 2000-2021, de Jean-Jacques KOURLIANDSKY, Editions de l'Aube / Fondation Jean Jaurès 2022, 114 pages, 12 €

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2021 5 26 /11 /novembre /2021 17:20

Les Editions Toute Latitude ont l'honneur et le plaisir de vous annoncer que CRISTINA PERI ROSSI, auteure de Quand fumer était un plaisir (Editions Toute Latitude) vient de recevoir le Prix Cervantès 2021, la plus prestigieuse récompense littéraire du monde hispanique.

Le Prix Cervantès est attribué chaque année à un écrivain de langue espagnole pour l'ensemble de son oeuvre. Parmi les précédents lauréats on retrouve notamment Eduardo Mendoza (2016), Sergio Pitol (2005) ou encore Mario Vargas Llosa (1994).

Quand fumer était un plaisir est un formidable essai dans lequel l'écrivaine uruguayenne évoque à la fois la longue histoire du tabac - de sa découverte par les Européens à travers Christophe Colomb au symbole de sensualité qu'en a fait le cinéma - et la relation avec la cigarette d'une femme affirmant sa liberté de façon provocante dans le Montevideo des années 1960... à découvrir absolument !

A lire : Cristina Peri Rossi sur espace-latinos.org

Quand fumer était un plaisir, de Cristina Peri Rossi, traduit de l’espagnol (Uruguay) par Laurent Tranier, préface d’André Santini, Editions Toute Latitude, collection « Regard latino », 19,90 €, 192 pp., ISBN : 978-2-35282-008-6

Partager cet article
Repost0
30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 16:09

"Ce génial Terrible voyage n’est pas qu’une perle, c’est aussi une introduction idéale au reste de l’œuvre narrative et aux chroniques de celui qui a été l’initiateur (dans les années 1920) de la modernité latino-américaine en littérature, bien avant Gabriel García Márquez, Manuel Puig ou Mario Vargas Llosa qui, tous, ont revendiqué son influence."

Christian ROINAT, qui anime le blog de référence sur la littérature de l'Amérique latine "América Nostra / Nos Amériques" (ANNA) a choisi de chroniquer Terrible voyage, de Roberto ARLT, paru aux Editions Toute Latitude. L'occasion de saluer la précision et la qualité de l'analyse de ce grand passionné... et de relever son enthousiasme pour l'ultime roman de l'Argentin paru dans la collection "Roman latino" de la maison d'édition !

Christian ROINAT a également lu et chroniqué, sur ANNA, Vers le royaume des Sciris, roman historique situé sous l'Empire Inca du Péruvien César VALLEJO également paru aux Editions Toute Latitude : "Ce récit de l’avant-conquête, historique et humain à la fois, nous plonge dans une société à la fois très différente et tout de même proche sous certains aspects de l’Europe de l’époque, jolie création romanesque d’un poète."

Pour en savoir plus : www.toutelatitude.com

Partager cet article
Repost0
6 juin 2021 7 06 /06 /juin /2021 17:45

NOUVEAUTE ! Les Editions Toute Latitude poursuivent leur redécouverte des chefs-d'oeuvres méconnus des plus grands écrivains d'Amérique latine avec le roman Terrible voyage de l'Argentin Roberto ARLT (1900-1942).

Terrible voyage nous est rapporté par ce jeune homme qui, fuyant le courroux de ses parents et les poursuites de la Justice, s’est embarqué sur le paquebot Blue Star en compagnie de son cousin. Alors que celui-ci multiplie les prédictions catastrophistes, l’étrange société qui partage cette croisière se trouve emportée dans de drôles d’aventures qui pourraient bien mal se terminer...

Roberto ARLT est né dans le quartier populaire de Flores à Buenos Aires d’un père allemand et d’une mère autrichienne. Marginalisé dans sa famille comme à l’école, il se réfugie dans la lecture et l’écriture. Devenu journaliste après avoir exercé divers métiers, il est l’auteur d’une vaste œuvre qui aborde tous les genres et impose, dès son premier roman, Le jouet enragé (1926) un regard et un style littéraire nouveaux dans les lettres latino-américaines, ancré dans la réalité de la vie urbaine moderne. On peut citer parmi ses autres romans, Les sept fous (1929), Les Lance-flammes (1931) ou La danse du feu (1932), tous disponibles en français.

Gabriel García Márquez, Mario Vargas Llosa, Julio Cortázar et Jorge Luis Borges ont reconnu son legs éminent à la littérature mondiale et leur dette à son égard.

Terrible voyage, de Roberto ARLT, traduit de l'espagnol (Argentine) par Laurent Tranier, Editions Toute Latitude, collection « Roman latino », juin 2021, 104 pp., 12 € (ISBN : 978-2-35282-054-3).

A redécouvrir : Vers le royaume des Sciris, de César VALLEJO, traduit de l'espagnol (Pérou) par Laurent Tranier, Editions Toute Latitude, collection « Roman latino », janvier 2021, 112 pp., 14 € (ISBN : 978-2-35282-051-2).

Partager cet article
Repost0
11 avril 2021 7 11 /04 /avril /2021 20:03

Sous la plume de Marie-Christine Bessou, La Dépêche du Midi a présenté le domaine latino des Editions Toute Latitude dans ses pages "magazine" dimanche 11 avril 2021.

Nous reproduisons cet article intituté : "Editions Toute Latitude : l'Amérique latine à portée de livres avec Laurent Tranier"

Laurent Tranier vient de faire paraître dans la collection Roman latino, le livre Vers le royaume des Sciris, de l’auteur péruvien César Vallejo, qu’il a lui-même traduit.

Le Villefranchois Laurent Tranier est le Christophe Colomb ou l’Amerigo Vespucci (suivant les théories du premier explorateur) de l’Amérique latine… littéraire. Passionné par ce continent, il effectue, jeune, un séjour de six mois à Quito, en Equateur, qui ancre définitivement son intérêt pour cette culture. "C’est une expérience qui m’a marquée", confie le quadragénaire. Il reviendra plusieurs fois en Amérique latine ce qui achève de parfaire aussi sa pratique de la langue hispanique. À l’heure de fonder une entreprise, et bien qu’il estime que l’offre éditoriale soit "saturée", Laurent Tranier se lance tout de même dans la création de sa propre maison d’édition, il y a quinze ans. Et c’est tout naturellement qu’il décide de lui donner deux orientations. Deux branches, l’une centrée sur la culture régionale et, pour l’autre, direction l’Amérique latine. Car il s’est rendu compte que "les libraires présentent peu d’ouvrages sur l’Amérique du Sud".

Traducteur

Ainsi, d’un côté, "Terres d’excellence" fait la part belle au terroir (foie gras, lait, porc, race Aubrac, veau d’Aveyron et du Ségala), aux personnalités locales (comme Louis Oustry et Henri Carcenac), à des lieux (tel Cajarc) ou encore à la littérature jeunesse (exemple avec "Trois cocottes rigolotes", production de deux Villefranchoises). Et dans un tout autre genre, "Toute latitude" développe le thème latino au travers de quatre collections : Pays, Esprit, Regard et Roman. C’est dans cette dernière catégorie que Laurent Tranier vient de faire paraître Vers le royaume des Sciris, de César Vallejo. Ce livre nous plonge au cœur de l’empire Inca, entre guerre et paix, dans un univers à la fois culturel et cultuel mais aussi politique. Un roman historique, inédit en français, du "plus grand poète latino-américain du XXe siècle", comme le définissait l’homme politique espagnol et écrivain Jorge Semprun. Mais, comme pour de précédents ouvrages, Laurent Tranier ne se contente pas d’éditer, il est aussi traducteur. Non seulement de l’espagnol mais, pour cet ouvrage, de l’espagnol péruvien. "Il y avait de nombreux termes péruviens mais aussi "valléjiens" ainsi que beaucoup de vocabulaire quechua", souligne ce dernier. Inutile donc de préciser qu’il faut parfaitement maîtriser ce langage ainsi que la pensée de l’auteur pour traduire sans trahir. "Mon métier est éditeur, la traduction est un prolongement plaisant. C’est un travail d’enquête qui nécessite de s’approcher au plus près possible de l’esprit de l’auteur". Délicate mission concernant César Vallejo, poète avant-gardiste qui vécut nombre d’années en France et qui est d’ailleurs enterré au cimetière Montparnasse. "Un pèlerinage a toujours lieu sur sa tombe, à Paris, le 15 avril, tout comme on célèbre aussi l’anniversaire de sa naissance, le 14 mars", raconte Laurent Tranier. Faut-il rappeler qu’il existe des liens très forts entre la France, et l’Amérique du Sud. Et particulièrement avec l’Aveyron ! La fondation de Pigüé, cette ville argentine, à la fin du XIXe siècle par des colons aveyronnais en est la parfaite illustration. "L’ambition de la maison d’édition Toute latitude est d’être un passeur entre deux mondes qui s’apprécient quand ils ont l’occasion de se connaître. Il se passe plein de choses entre l’Amérique latine et la France alors on essaie de contribuer à cette compréhension et cette entente car les Français apprécient particulièrement cette culture", indique Laurent Tranier. Vers le royaume des Sciris a été très bien accueilli par les lecteurs et Laurent Tranier fonde beaucoup d’espoir dans un autre livre qui sortira le 20 mai prochain, Terrible voyage, de Roberto Arlt, contemporain de Vallejo, l’un des deux grands écrivains argentins avec Borges, qu’il a également traduit.

"Déployer la voilure"

Après avoir fait "mon devoir vis-à-vis de ma ville natale" (Laurent Tranier fut premier adjoint du maire de Villefranche-de-Rouergue, Serge Roques), il s’adonne maintenant complètement à sa maison d’édition pour laquelle il entend dorénavant "déployer la voilure". Il reçoit environ une dizaine de manuscrits par mois mais ne déroge pas à la ligne éditoriale qu’il s’est fixée. "Une maison dédition indépendante nécessite des capitaux car on fabrique et on vend après. Mon rôle est de coordonner le travail des graphistes, imprimeurs, diffuseurs, distributeurs, logisticiens sans oublier le marketing et les relations avec les libraires. Dans un futur proche, Laurent Tranier envisage d’embaucher un collaborateur mais aussi de proposer ses livres en format numérique. "On avance !".

Laurent Tranier traduit le Libertador Simon Bolivar

Dans la collection Pays latino, les éditions Toute latitude ont publié des ouvrages sur le Mexique et le Pérou. Dans la catégorie Esprit latino, Laurent Tranier a traduit le livre de Simon Bolivar, La Conscience de l’Amérique. Il s’agit de la traduction des écrits de Bolivar, plus spécialement des lettres et des discours du Libertador de l’Amérique du Sud. "En plus d’être un général, c’était un grand intellectuel inspiré par la philosophie des Lumières et l’esprit de Rousseau. Il écrit dans un style très pur", confie Laurent Tranier. Ce dernier a également publié le récit de Cristina Peri Rossi, Quand fumer était un plaisir. "Un essai sur la cigarette avec l’image glamour qu’elle véhicule mais aussi parce que fumer fait partie de l’histoire du tabac depuis Christophe Colomb". Dans la collection Regard latino, on retrouve le livre de Jac Forton, Pinochet. Le procès de la dictature en France qui revient, avec Amnesty International, sur le procès du régime du général Pinochet responsables de la mort de nombre de personnes dont des Français. Enfin, dans la catégorie Roman latino, on trouve en bonne place le livre de l’Argentin Martin Murphy, L’Enfermement d’Ojeda, qui a d’ailleurs reçu le prix Juan Rulfo pour cet ouvrage.

Renseignements : contact@toutelatitude.com ou 27 Impasse des Hérissons, 12 200 Villefranche-de-Rouergue - www.toutelatitude.com

Marie-Christine Bessou

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mars 2021 5 12 /03 /mars /2021 20:07

El Café Latino est un magazine papier et site web bilingue (espagnol et français) de référence sur l’Amérique latine en Europe. Depuis 2012, à travers des articles rédigés par des journalistes internationaux, El Café Latino œuvre à la redécouverte de l'Amérique latine et se veut un ambassadeur culturel du «Nouveau Monde».

Parmi les nombreux articles : le compte-rendu de la lecture de Vers le royaume des Sciris, de César Vallejo, paru aux Editions Toute Latitude (2021).

Partager cet article
Repost0
18 février 2021 4 18 /02 /février /2021 09:38

Europa Latina TV et Ruben Romero ont longuement reçu Laurent Tranier pour un échange intense autour de César Vallejo et de la traduction inédite en français du roman historique situé dans l'Empire inca Vers le royaume des Sciris et de la nouvelle Cire. (Editions Toute Latitude, 2021)

A voir et revoir sur Europa Latina TV !

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2021 4 28 /01 /janvier /2021 15:07

Lionel Igersheim salue la parution de Vers le royaume des Sciris et revient sur la vie de César Vallejo au Pérou et à Paris : à lire sur "Nouveaux Espaces Latinos".

Partager cet article
Repost0