Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : L'actu de l'Amérique latine
  • : Bienvenue sur le blog de l'actu de l'Amérique latine. Economie, politique, culture, environnement : les analyses de votre blog latino.
  • Contact

Le livre

Simon Bolivar
La conscience
de l'Amérique

Editions Toute Latitude
192 pp. - 17,80 €
Commander le livre
Les lettres et discours politiques essentiels du Libertador : la porte d'entrée désormais classique dans l'univers de Simon Bolivar et dans la pensée politique contemporaine en Amérique latine. Traduit et présenté par Laurent Tranier.

Recherche

Partenaires

Le blog de l'actu de l'Amérique latine, en partenariat avec :
.Les Editions Toute Latitude

28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 08:14

AssangeAmbassadeEquateur.jpgRappel des faits : le Président de l'Equateur Rafael Correa a proposé d'offrir "l'asile diplomatique", sur son territoire, à Julian Assange, fondateur du site Wikileaks, aujourd'hui reclus dans l'ambassade équatorienne de Londres et faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international émis par la Suède pour viol et agression sexuelle. Si Julian Assange sort de l'ambassade, il sera arrêté par la police britannique et remis aux autorités suédoises, comme l'exige la convention européenne sur l'extradition. Une éventualité qu'il refuse. Pour quel motif ? Son avocat, l'ancien juge espagnol Baltasar Garzon, que l'on a connu mieux inspiré dans le choix de ses causes, l'explique : Assange redoute d'être extradé de Suède pour les Etats-Unis où il risquerait... la peine de mort. On se souvient des documents diplomatiques et militaires secrets obtenus et publiés par Wikileaks, qui avaient notamment mis en danger certains personnels américains travaillant dans des zones sensibles. Les Américains n'auraient toujours pas digéré.

A ce jour, les Etats-Unis n'ont rien demandé à la Suède - qui d'ailleurs n'extrade pas vers des pays susceptibles de condamner à mort - et n'ont pas même entamé de procédure contre Julian Assange. Alors pourquoi un tel imbrogio politico-médiatico-diplomatique et cette image ubuesque d'un Assange coincé dans le petit studio londonien mis à sa disposition par les autorités équatoriennes ?

Autopromotion pour Assange, antiaméricanisme pour Correa

Tout d'abord, c'est tout bénéfice pour Julian Assange qui, grace à l'intervention tonitruante de l'Equateur, reste au premier plan de la scène médiatique internationale, pouvant continuer à assurer la défense et la promotion de la "cause" qu'il a embrassée, celle de la liberté d'expression et de la transparence absolue de l'action des Etats. Corollaire non négligeable : l'Equateur lui offre une porte de sortie largement préférable à la prison qui lui semble promise, fût-ce dans une geole suédoise.

Mais qu'est donc allé faire Rafael Correa dans cette galère ? Premièrement, réaffirmer son antiaméricanisme tout en s'assurant une promotion internationale et en contestant à son ami Hugo Chavez le leadership des nations altermondialistes latino-américaines (réunies dans l'ALBA, Alternative Bolivarienne des Amériques). Accessoirement, c'est aussi une tentative - habile ?- de faire oublier les dérives autoritaires dont est accusé le gouvernement Correa. Celui-ci a certes redonné une stabilité institutionnelle, à son profit, à l'Equateur, mais au prix d'une réforme de la justice adoptée en violation directe de la Constitution et d'une loi sur la Communication qui fait clairement de la presse privée l'ennemi à abattre...

Une belle diversion pour l'Equateur ? 

L'affaire Assange ressemble donc à une tentative de diversion, censée permettre à l'Equateur de s'afficher en chevalier blanc de la liberté d'expression (l'Equateur est au 104e rang sur 179 dans le classement mondial 2011-2012 de la liberté de la presse de Reporters sans frontières, la Suède est 12e), tout en essayant de faire passer le système judiciaire suédois pour un simple instrument manipulé par le Grand Satan nord-américain (la Suède est au... premier rang sur 66 Etats pour le respect des Droits fondamentaux selon le Rule of Law Index 2011 du World Justice Project). L'erreur de Correa ? Si le Président équatorien n'avait pas cédé à son penchant pour les médias internationaux, cette triste réalité de son pays ne serait pas apparue au grand jour...

Le classement de la liberté de la presse 2011-2012 de Reporters sans frontières.

La liste des Etats analysés par le World Justice Project.

Partager cet article

Repost0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 10:22
En raison de la variété des écosystèmes que l'on y trouve, l''Equateur est l'un des pays qui possèdent la plus riche biodiversité dans le monde. Malgré sa petite taille (la moitié de la superficie de la France), l'Equateur bénéficie en effet d'un climat tropical le long de sa côte Pacifique, du climat andin, la Cordillère le traversant du Nord au Sud, et du climat amazonien dans sa partie orientale.
Et puis, à mille kilomètres à l'Est de ses côtes, le pays recèle un joyau : l'archipel volcanique des Galapagos, Archipielago de Colon pour les Equatoriens, constitué d'une soixantaine d'îles à la faune et à la flore uniques : annexées en 1832 par l'Equateur, elles ont reçu la visite de nombreux naturalistes, au premier rang desquels Charles Darwin, venus étudier ses iguanes, ses tortues, sa faune et sa flore uniques... Uniques et fragiles : conscient de cette fragilité écologique autant que du potentiel économique d'une exploitation touristique raisonnée de cet espace, l'Equateur a créé en 1959 le Parc national des Galapagos sur 97 % du territoire des îles. Inscrit à la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1978, le Parc impose à ses visiteurs une séries de règles très strictes :

· Ne dérangez ou touchez aucun animal. Respectez la distance entre vous et l'animal.
· 
N'arrachez ou déplacez aucune plante, aucune roche.
· 
Ne ramenez aucun organisme vivant aux îles ou d'îles en îles. Chacune d'entres elles a sa faune et flore uniques et ces introductions peuvent rapidement détruire leur équilibre.
· 
N'alimentez pas les animaux. Cela peut être dangereux pour vous et affectera aussi leur structure sociale et leur comportement naturel.
· 
Ne faites pas sursauter un animal durant son repos ou sa nidification.
· 
Restez dans les sentiers balisés. Beaucoup de personnes visitent les îles et il est important que les gens n'endommagent pas de végétation ou causent l'érosion.
· 
Ne jetez aucun détritus. Ni à terre, ni par dessus bord. Ne souillez ni terre, ni eau.
· 
N'achetez pas de souvenirs d'indigènes Galápagos "precuts", (à part le bois) car cela encourage l'exploitation des ressources naturelles utilisées dans la fabrication de ces souvenirs. En particulier, dents d'otarie, corail noir, tortues et dérivés, coquillage.
· Ne fumez pas sur les îles.

· 
N'hésitez pas à montrer votre attitude responsable de défenseur de l'environnement. Ceci reste un devoir pour tous.


Tout cela ne le met cependant pas à l'abri de certains cataclysmes naturels. Le 12 avril 2009, La Cumbre, volcan culminant à 1463 mètres sur l'île Fernandina, l'une des principales de l'archipel (inhabitée) est entré en éruption. Une coulée de lave atteignant 15 mètres de hauteur est bientôt parvenue jusqu'à la mer. Une nouvelle épreuve pour les populations d'iguanes terrestres et marins, de pingouins, de pinsons, de loups de mer qui, depuis des milliers d'années, luttent victorieusement pour la vie...

Partager cet article

Repost0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 13:10

Est-il besoin d'un prétexte pour rendre hommage à l'immense star de la chanson équatorienne ? Julio Jaramillo, "le rossignol d'Amérique", est mort en 1978, à l'âge de 42 ans. L'incarnation du pasillo, le genre musical équatorien par excellence, est devenu une vedette internationale grâce à "Nuestro Juramento"

Je vous propose une petite sélection très subjective :
"De cigarro en cigarro"
"En un bote de vela"
"Fatalidad"

Partager cet article

Repost0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 11:28

En 2009, l'Equateur célèbre le bicentenaire de son indépendance.

C'est le 10 août 1809, date du soulèvement des Créoles de Quito, qui est en effet considéré comme la première manifestation des velléités automistes dans le pays. A cette date, une junte provisoire s'empare du pouvoir avec le projet de proclamer une "République monarchique" fidèle au roi Fernand VII, alors prisonnier des Français qui occupent l'Espagne. Le 10 août est donc aujourd'hui la "Journée de l'indépendance", la fête nationale équatorienne, même si ce n'est qu'en 1822, au terme de la bataille de Pichincha remportée par Antonio Jose de Sucre, que le pays se libère du joug espagnol, pour intégrer la Grande Colombie aux côtés de la Colombie et du Panama...
Depuis la victoire de Raphael Correa à l'élection présidentielle de novembre 2006, le pays sort progressivement de l'état de crise permanente dans lequel la vieille classe politique le maintenait. Respect de la démocratie, intérêt général, intégrité, vision à long terme... autant de notions qui étaient étrangères à l'Equateur et avec lesquelles le pays a renoué.
Son bicentenaire, le pays entend le vivre comme un renouveau. Il proposera en France une série d'événements destinés à marquer cette volonté. Vous en trouverez le programme sur le site de l'ambassade : http://www.ambassade-equateur.fr/fra. Viva Ecuador !

Partager cet article

Repost0