Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : L'actu de l'Amérique latine
  • : Bienvenue sur le blog de l'actu de l'Amérique latine. Economie, politique, culture, environnement : les analyses de votre blog latino.
  • Contact

Le livre

Simon Bolivar
La conscience
de l'Amérique

Editions Toute Latitude
192 pp. - 17,80 €
Commander le livre
Les lettres et discours politiques essentiels du Libertador : la porte d'entrée désormais classique dans l'univers de Simon Bolivar et dans la pensée politique contemporaine en Amérique latine. Traduit et présenté par Laurent Tranier.

Recherche

Partenaires

Le blog de l'actu de l'Amérique latine, en partenariat avec :
.Les Editions Toute Latitude

14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 19:27
Evidemment, un chef de l'Etat en grève de la faim pour faire pression sur une opposition qui bloque l'un de ses projets majeurs... ce n'est pas banal. Et il n'y a probablement qu'en Bolivie que cet alliage de tradition de "l'engagement" politique et d'une personnalité présidentielle aussi peu commune qu'Evo Morales peut produire un tel résultat. Quel résultat au fait ? Au-delà de l'anecdote, qui a vu Evo Morales tenir pendant 6 jours avec de l'eau, des "caramelos" et surtout, surtout, du mate et des feuilles de coca, cet épisode baroque se conclut de façon très positive.
L'enjeu était la mise en place de la loi électorale prévue par la nouvelle Constitution. Morales souhaitait que plusieurs innovations majeures, dont le vote des Boliviens de l'étranger et un certain nombre de sièges réservé aux peuples indigènes soient mises en place. L'opposition contestait le nombre de sièges réservés et exigeait des garanties sur la sincérité des listes électorales.
Au final, tout le monde a gagné, et d'abord la démocratie puisque les Boliviens de l'étranger voteront, un compromis a été trouvé sur le nombre de députés indigènes (7) et un nouveau registre électoral actualisé et biométrique sera mis en place avant des élections qui auront lieu à la date prévue, le 6 décembre 2009.
Après une année 2008 marquée par plusieurs épisodes politiques violents, il semble que la sagesse l'emporte progressivement et que l'opposition à Evo Morales devienne plus civilisée. Comme l'Equateur, où Rafael Correa a redonné une stabilité aux institutions, la Bolivie semble entrer dans une nouvelle ère de démocratie apaisée. C'est heureux et, même si certaines méthodes restent encore atypiques, c'est vraiment révolutionnaire...

A écouter : "Virgines del Sol" de los Koyas, musique des Andes

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 09:03


Les référendums révocatoires convoqués dimanche 10 août en Bolivie ont livré une réponse ambiguë et pour tout dire contradictoire au problème institutionnel qui se pose dans le pays : d'une part, le Président Evo Morales a été plébiscité par 67,4 % des Boliviens. De l'autre, ses plus violents détracteurs, préfets autonomistes des 5 régions les plus riches de l'Est du pays ont également été maintenus, avec des scores supérieurs à ceux obtenus lors de leur élection !

Le message transmis par les Boliviens est donc profondément contradictoire. Il semble en tout cas qu'ils aient clairement manifesté leur attachement à l'intégrité territoriale et à la stabilité institutionnelle d'un pays trop souvent ébranlé par les crises politiques. Des négociations se sont ouvertes depuis cette date, dans un contexte marqué par des violences qui ont fait plusieurs dizaines de victimes, parmi les partisans de Evo Morales, dans la région amazonienne du Pando dont le préfet Leopoldo Fernandez a été placé en détention.

Les négociations se poursuivent cependant, Evo Morales bénéficiant du double soutien de ses homologues sud-américains, soucieux de la stabilité de leur voisin, important fournisseur de gaz, et de celui de l'armée, très attachée à l'intégrité du territoire. Permettront-elles de trouver une solution durable à la problématique récurrente et séculaire des déséquilibres de ressources entre les territoires ?

A écouter : "El condor pasa", le grand classique des Andes, interprété par Los Koyas

Partager cet article

Repost0