Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : L'actu de l'Amérique latine
  • : Bienvenue sur le blog de l'actu de l'Amérique latine. Economie, politique, culture, environnement : les analyses de votre blog latino.
  • Contact

Le livre

Simon Bolivar
La conscience
de l'Amérique

Editions Toute Latitude
192 pp. - 17,80 €
Commander le livre
Les lettres et discours politiques essentiels du Libertador : la porte d'entrée désormais classique dans l'univers de Simon Bolivar et dans la pensée politique contemporaine en Amérique latine. Traduit et présenté par Laurent Tranier.

Recherche

Partenaires

Le blog de l'actu de l'Amérique latine, en partenariat avec :
.Les Editions Toute Latitude

3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 08:20

AquifereGuarani.jpgL'aquifère guarani est l'une des plus importantes réserves d'eau douce de la planète. Elle se présente comme une immense nappe phréatique (1,2 million de km2) s'étendant sous 4 pays : l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay. Depuis environ 200 millions d'années, cette réserve d'eau s'accumule dans des roches poreuses au point d'atteindre aujourd'hui un volume estimé à 50 millions de km3 et de se renouveler à un rythme annuel d'environ 200 km3. Il faut ajouter que la ressource est généralement d'une grande pureté, propre à la consommation, et d'un accès aisé : s'il faut parfois forer sur plusieurs centaines de mètres la couche basaltique, il est aussi des endroits où cette ressource en eau affleure au niveau du sol (cf. photo ci-dessous : dans la région de Livramento au Sud du Brésil). Tout cela rend son coût de traitement particulièrement faible...

Une eau abondante, pure, accessible...

L'aquifère guarani est une réalité géologique ancienne, mais la prise de conscience de son importance et de son potentiel est récente. Ce n'est qu'en 1996 que ce phénomène a été baptisé, du nom du peuple précolombien vivant sur le territoire du Paraguay. Et ce n'est qu'au début des années 2000 que des études approfondies sur son étendue, sa profondeur, son évolution, son renouvellement, etc. ont été conduites. Le résultat, nous l'avons présenté, est stupéfiant : alors que la ressource en eau douce est considérée comme en voie de raréfaction à l'échelle planétaire, au point d'être la cause potentielle de futurs conflits armés, le seul renouvellement de l'aquifère guarani permettrait de fournir 1 m3 d'eau par jour à chaque sud-Américain... Sur un continent qui, de la terre de feu aux côtes caribéennes, en passant par les Andes et l'Amazonie, regorge d'autres ressources en eau.

 AquifereGuaraniAffleurement.jpg

... et gratuite !

L'aquifère guarani est donc une richesse quasi-providentielle et à peu près inépuisable pour cette vaste région. Des dangers bien sûrs existent. Une surexploitation localement massive conduit parfois à une raréfaction. Certains comportement sont aussi cause de pollutions. Mais le principal enjeu est celui de la réglementation de l'usage de l'eau. Aujourd'hui, il n'y a pas de règles, les Etats, et les régions en leur sein se livrant une concurrence acharnée pour attirer des investissements, synonymes d'activité, d'emploi et de prospérité. L'argent afflue, des puits sont forés et... collectivités et industriels, principalement du secteur agroalimentaire, se servent en abondance et gratuitement !

Des règles d'exploitation à inventer

Or, cette richesse ne se transformera en bénédiction que si son exploitation durable est organisée. Il s'agit donc de ne pas se figer dans une attitude qui empêcherait toute exploitation, que ce soit en vertu d'une conception extrémiste transformant l'environnement en sanctuaire, ou au nom de philosophies qui empêcheraient toute activité commerciale. L'eau doit être captée, nettoyée et transportée, et il faut bien que quelqu'un paie ces services, même à un prix modique. L'autre écueil serait celui de la surexploitation : un prélèvement trop important par rapport au renouvellement aurait pour conséquence de tarir progressivement la source...

La voie de la sagesse était d'assurer collectivement la gestion de l'aquifère. C'est ce qu'ont choisi l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay, en s'appuyant sur l'expertise de la Banque mondiale. La formation et l'information des populations concernées doit être une priorité, de même que l'édification de règles d'exploitation passant par la mise en place de tarifs et de limites en volumes. Le developpement durable du territoire sera alors assuré, en même temps que sera fait un nouveau pas dans le sens de l'intégration politique pacifique du continent. La gestion collective de l'aquifère guarani : une de ces "réalisations concrètes, créant d'abord une solidarité de fait", telles que les rêvait l'Européen Jean Monnet pour l'unification d'un autre continent...

A lire : "L'aquifère guarani en Amérique du Sud ; 4 pays pour 1 robinet" sur le site http://www.notre-planete.info

Partager cet article

Repost0

commentaires